Sous nos yeux, aux marches de l’Orient, le tableau de la «  Loge  St Jean de THEMIS » en date du 10 mai 1772, un document  rare, authentique, qui nous confronte aux maillons perdus de nos archives dispersées, détruites, volées durant la 2ème guerre mondiale.

Les F.·. M.·. de THEMIS ont  rapidement partagé le Temple de la 1ère rue Neuve-St-Jean par des accords signés ( en 1788 avec «  Les Cœurs sans Fard » ). De tout temps, nos. F.·. étaient de et dans leur siècle, montrant leur solidarité et leur intérêt aux affaires publiques où « les théories de l’égalité et de la fraternité » étaient appliqués en L.·.250.( un évêque , Mgr FAUQUET  aux ailes M.·. solides était au tableau ).

La révolution troubla les hommes, la violence dispersera les F.·. dans des positions souvent opposées. Les L.·. furent interdites en 1792.

En 1801, St-Jean-de THEMIS  rallume ses feux, mais l’élan révolutionnaire est brisé, les F.·. mettrons longtemps à retrouver la sérénité nécessaire pour travailler à améliorer l’Homme et la Société.

1802 voit la création du Chapitre.

L’Empire voit renaître à Caen une Maç.·. d’hommes nouveaux : fonctionnaires, militaires en majorité.

La vie M.·. de notre Atelier n’est pas ( déjà) un long fleuve tranquille et nos rapports avec le GODF se délitent.

En 1833, la L.·. coupe les ponts avec le GO pour «  une histoire de trésorerie » . Dorénavant les F.·. se réunissent en L.·. « sauvages » sur une longue période de 9 ans.

Le 30 décembre 1846, les F.·. d’alors fondent l’OMB (Œuvre Maç.·. De Bienfaisance ) qui soulagera les déshérités sans aucune distinction jusqu’en 1940 ( un siècle, quel bel exemple de FRAT.·. Universelle.)

La guerre de 1870 délite le climat au sein de l’Atelier ; chacun agit à sa guise,. nôtre L.·. St-Jean-de THEMIS  est secouée par les passions et en 1871, durant l’insurrection de la Commune, les F.·. M.·. s’alignent sur la mentalité locale de l’époque et déclarent «  la F.·. Maç.·. ne fait pas de politique…) et exclut de la L.·. tout membre de’’ l’Internationale ‘’« pour les tendances criminelles de l’association ».

Le 10 mai 1872, à l’occasion de la commémoration de son centenaire, une grande fête est offerte par la « Respectable L.·. Chapitrale Saint Jean de THEMIS ».

Un tournant en 1887, en plein combat anticlérical, les F.·. laïcisent le titre de leur L.·. : on l’appellera désormais : la Resp.·. L.·. THEMIS à l’OR.·. de CAEN.

En  1888, THEMIS adhère à la Ligue pour la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

Les F. ·.rêvent d’une « République Sociale et Démocratique «  et la L.·. étudie entre-autre : « faut-il admettre les femmes en F.·. M.·. ? »….en 1904, les F.·. devancent  hardiment toutes les audaces du moment. Le 24 février, les F. ·.de THEMIS constituent une L.·. provisoire à vocation mixte, le GO. menace ; à regret, les 7 membres fondateurs s’inclinent.

Le Docteur Charles NOURY, professeur à l’école de médecine de CAEN, va entrainer la L.·. sur la route du progrès et marquer de sa forte personnalité de V.·. M. ·.de 1905 à 1911 , en laïque ardent et éclairé.

Après le convent de 1921, le 24 novembre, 7 F. ·.de THEMIS ouvrent enfin la L. ·.mixte qui prendra le nom d’ISIS, celle-ci se réunira dans nos locaux de la rue Neuve-St-Jean.

C’est notre F. ·.et V.·. M.·. René LEMIERE qui se pressa d’initier des femmes, dont la sienne, montrant une voie courageuse pour l’époque.

Pour mémoire, nos locaux jouxtaient le couvent de la Charité, ceux de l’ancien palais épiscopal acquis en 1910 par le F.·. LAFFETAY, négociant-armateur.

Les années 1928, 29 et 30 voient un travail considérable s’accomplir entre les deux guerres. Nos F.·. œuvrent au rapprochement franco-allemand à Verdun, Mannheim et Besançon. De nombreuses conférences publiques se font au cinéma Le TRIANON, une foule enthousiasme remplit les salles, mais nos progressistes Maç.·. se heurtent aux réactionnaires, aux Croix de Feu qui cherchent l’incident.

En 1938, la L.·. comptait 162 inscrits au Tableau, 63% des F.·. avaient moins de 50 ans.

Le 12 juin 1938, l’on fête la restauration des bâtiments des  XVème et XVIème siècle au 48 rue Neuve-St-Jean.

Le 9 juin 1940, dernière Tenue, en effet les allemands sont à proximité de Caen et le 14 juin, nos F.·. par sécurité brûlent notre Souvenir, décor, etc…ou les enterrent… Tout sera perdu.

Le 6 août, les scellés sont apposés sur l’immeuble.

Le 13 août, la loi dissout la F.·. Maç.·. et finalement, en octobre 1940, les archives et la bibliothèque ( 4500 volumes ) sont emportées vers une destination inconnue, la préfecture de police se chargeant de cette basse  besogne dans 3 camions.

La lutte antimaçonnique est orchestrée par Vichy et le 26 novembre 1942, après avoir été spoliés, nos locaux maçonniques vieux de 150 ans disparaissent sous les bombardements dans la nuit du 6 au 7 juin 1944.

Le 24 septembre 1944, le V.·. M.·. René LEMIERE regroupe quelques F.·. dans un local prêté par un F.·. rue des Croisiers qui s’avère vite trop petit. C’est un bar-tabac Bd Bertrand qui va abriter quelques temps nos F.·. de l’Atelier THEMIS.

Les Travaux  reprennent avec force et vigueur dans un baraquement du Bd Aristide Briand mis à notre disposition par le MRU.(Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme)

Le F.·. LEMIERE meurt en 1951 ; il repose au cimetière de Vaucelles, une Pierre Taillée orne son tombeau.

Le renouveau nécessaire pour la construction de leur temple amène nos F.·. à entreprendre ce vaste chantier du 18 rue Neuve-St-Jean avec persévérance.

Le MRU nous a «  choisi » un terrain sensiblement au même emplacement que la   L.·. d’antan. Les travaux commencent en 1953, la L.·.THEMIS est ressuscitée le 21 mai 1956, la Voûte Etoilée figurant en ses justes dimensions le ciel de Caen à la ST-Jean d’été.

Nos F.·. repartent vers un avenir d’une plus grande ouverture sur le monde profane, convaincus de la valeur de l’idéal laïque. Ils décident d’examiner plus longuement et de façon systématique, les problèmes contemporains, économiques, sociaux et autres , dans la lignée des F.·. NOURY, LEMIERE…et André BODEREAU qui nous quittait le 16 décembre 1971.

Notre histoire ne s’arrête pas là…elle continue.